Skip to Main content Skip to Navigation
Theses

Impact des activités anthropiques sur la dynamique et l'état de conservation d'un habitat naturel : exemple de la chenalisation des Rivières à renoncules (UE 3260)

Résumé : Depuis l’établissement de la Directive Habitats, la France doit évaluer l’état de conservation des habitats naturels et des espèces de son territoire. Dans cette optique, nous avons choisis l’habitat –UE-3260- « Rivières des étages planitaires à montagnard avec végétation du Ranunculion fluitantis et du Callitricho-Batrachion » pour tester l’impact de pressions anthropiques, type chenalisation, sur l’état de conservation de cet habitat. Notre objectif a été de déterminer quelles structures et fonctions environnementales et biologiques répondent à la chenalisation et pourraient présenter d’éventuelles altérations de l’habitat. 17 stations, sur quatre rivières similaires d’un point de vue géomorphologiques, ont fait l’objet de suivis saisonniers au cours de deux années consécutives (2006 et 2007). Parmi ces stations, 6 sont considérées comme référence et 11 comme chenalisées. Les stations chenalisées se distinguent par la méthode de chenalisation qui peut être un endiguement, une rectification ou la présence de structures rigides dans le lit de la rivière. Sur les 17 stations, nous avons alors mesuré plusieurs variables physiques et chimiques, suivi trois communautés biologiques (oiseaux, plantes aquatiques, macroinvertébrés benthiques), et testé différents indices biologiques couramment utilisés en rivière. Les résultats montrent que la chenalisation conduit à des changements physiques de l’habitat à plusieurs échelles spatiales : la station, la séquence en faciès d’écoulement (ex : radier, mouille) et le microhabitat. Au niveau du compartiment biologique, la richesse taxonomique est plus faible en situation chenalisée quelque soit la communauté. Les taxons dominants sont des taxons ubiquistes et résistants aux stress environnementaux. Les indices biologiques testés, et notamment l’IMBR, montrent alors des valeurs plus dégradées en présence de chenalisation. La végétation aquatique est la communauté biologique la plus intéressante car ses réponses sont associées aux différentes échelles spatiales, et spécialement à celle de la séquence en faciès d’écoulement. Les stratégies adaptatives liées aux traits biologiques des taxons végétaux sont plus diversifiées dans les stations chenalisées en réponse aux modifications des dynamiques spatiales et temporelles de l’habitat UE 3260. L’ensemble de notre étude souligne les outils environnementaux et biologiques les plus pertinents pour renseigner l’impact de la chenalisation. Ils nous permettent de préconiser certaines mesures de gestion afin de préserver l’état de conservation de l’habitat UE 3260.
Complete list of metadatas

Cited literature [347 references]  Display  Hide  Download

https://hal-mnhn.archives-ouvertes.fr/tel-02263254
Contributor : Maëlle Rambaud <>
Submitted on : Saturday, August 3, 2019 - 1:56:26 PM
Last modification on : Tuesday, February 18, 2020 - 12:12:36 PM
Document(s) archivé(s) le : Wednesday, January 8, 2020 - 8:01:14 PM

File

Rambaud_Thèse2008.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : tel-02263254, version 1

Collections

Citation

Maëlle Rambaud. Impact des activités anthropiques sur la dynamique et l'état de conservation d'un habitat naturel : exemple de la chenalisation des Rivières à renoncules (UE 3260). Ecologie, Environnement. Museum National d'Histoire Naturelle (MNHN), 2008. Français. ⟨tel-02263254⟩

Share

Metrics

Record views

175

Files downloads

138